Voir Une marge de manœuvre pour ... respirer

 

 

Voir Pauses respiration

 

 

 Voir Stress: mode d'emploi

 

 

 

 

 

 Voir le mille-pattes, outil d'autoévaluation de ses symptômes de stress

 

 

Identifier ses occasions de stress et Attitudes augmentant les risques de burnout sont des outils qui peuvent être utiles en ce sens.

Un coup d'œil à Le stress des obligations pourrait  aider à prendre conscience de quelques options de changement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir Stress au travail pour une introduction ou Articles pour passer directement à la liste des articles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'objectif de apprivoisersonstress.ca

«Apprivoisersonstress.ca» veut aider à mieux faire connaître les  multiples niveaux où on peut agir dans sa vie  pour optimiser son niveau de stress et pour transformer le «mauvais» stress en «bon» stress. Même s'il peut nous faire mal, le stress n'est en effet pas forcément dangereux. Une fois qu'on l'a apprivoisé, il devient un allié, une force utile à la réalisation de nos projets. Mais, pour une majorité de gens, il reste encore un facteur important d'émotions dérangeantes ainsi que de malaises et de maladies. Apprenons donc à l'apprivoiser.

Par définition, le processus d'apprivoisement ne s'effectue pas d'un seul coup. Apprivoiser son stress, c'est comprendre ses mécanismes d'action, c'est apprendre à identifier ce qui le met en branle ainsi que ce qui le calme, c'est savoir à partir de quand on a vraiment avantage à agir pour le réduire si on veut éviter ses effets négatifs. C'est prendre conscience des éléments de sa vie qui favorisent le maintien du stress à un niveau élevé et accepter de remettre en question sa façon de les appréhender. C'est aussi se réserver des moments de calme et de repos. C'est vivre avec une certaine marge de manœuvre, tant sur le plan psychologique (souplesse, capacité de recul, confiance en soi, optimisme réaliste, etc.) que pragmatique (éviter de se coincer dans le temps ou l'argent, vivre avec des gens sains, éviter les emplois tue-monde, etc.) On arrive ainsi à utiliser les bons côtés du stress sans qu'il ne devienne chronique, situation où il nous fait du tort. 

Certains moyens de réduction du stress sont d'emploi facile (respiration abdominale, par exemple). D'autres impliquent des changements d'attitude, par nature plus exigeants (travailler son perfectionnisme, sa confiance en soi, par exemple) ou encore des changements importants dans sa vie (lâcher prise sur ce qui nous fait plus de mal que de bien, faire respecter ses limites, par exemple). On n'y arrive rarement d'un seul coup, d'où l'idée d'apprivoisement, d'aller-retour, d'intégration progressive des changements favorables.

Le cadre conceptuel sur lequel ce site est basé

Tout individu vit une augmentation de sa tension corporelle et psychique chez dès qu'il fait face à des situations qui lui importent sans qu'il ne s'y sente par ailleurs serein. C'est le stress. Tant qu'il se sent en contrôle, en sécurité, cette réaction reste dans les normes et lui fournit l'énergie nécessaire pour mener ses projets à bon port; il «attaque sa journée» avec énergie et sa tension est utile. À la fin de la journée ce stress tombe. On le dit «positif».

Lorsqu'on ne se sent pas en contrôle, la situation devient menaçante à nos yeux. Tant qu'elle le reste, les hormones associées au stress demeurent à un niveau élevé et engendrent des symptômes: tensions, fatigue, insomnie, irritabilité, difficultés digestives, diminution de la joie de vivre, sentiments dépressifs, etc. C'est par la nature, la diversité,  l'ampleur et la fréquence de ses symptômes qu'on peut évaluer son niveau de stress .

Ce site décrit cette réaction biologique ainsi que les symptômes qui lui sont associés; il propose des moyens d'autoévaluation et d'action tant au niveau de la tension elle-même qu'à ceux des diverses situations impliquées et des attitudes qui les rendent menaçantes.

Apprivoiser son stress, c'est d'abord prendre du recul par rapport à ce qui, dans sa vie, crée ou maintient une tension importante. C'est ensuite appliquer des moyens concrets pour faire baisser cette tension, soit en prenant le contrôle sur les situations qui l'engendrent, soit en changeant les attitudes limitatives qui nous les font voir comme porteuses de menace ou qui nous empêchent d'agir (peur de déplaire, dramatisation, appréhension, manque d'estime de soi, peur de perdre son emploi, etc.). C'est aussi apprendre à faire alterner les moments d'implication active, qui font augmenter le taux des hormones de stress qui circulent dans son sang, avec des moments de repos, qui le font diminuer et, ce faisant, permettent au corps et au cerveau de rétablir leur équilibre.

C'est bien sûr aussi prendre conscience de ses bonnes habitudes en gestion du stress. Ce qu'on a déjà intégré constitue une bonne base pour le développement de nouvelles attitudes ou de nouveaux comportements sains.

Intérieur et extérieur

Même si la réaction de stress dirige toute notre attention vers l'extérieur  vers ce qui nous menace ou nous met au défi , il reste toujours très utile de rediriger sa conscience vers soi-même pour explorer les raisons pour lesquelles cette situation nous crée des difficultés, alors que d'autres la vivent beaucoup plus sereinement. Apprivoiser son stress, c'est donc aussi s'apprivoiser soi-même, mieux se connaître, mieux prendre conscience des croyances ou des perceptions par lesquelles on amplifie inconsciemment le danger lié à ce qui nous crée problème ou à l'application des solutions qui nous permettraient de le résoudre.

Pourquoi a-t-on peur d'une échéance, de poser des limites raisonnables, d'être rejeté, de manquer d'argent, qu'est-ce qui nous pousse à adopter un mode de vie où on est presque constamment pressé par le temps, où a-t-on appris à appréhender ou à dramatiser des situations selon toute probabilité inoffensives? Et pourquoi remet-on à plus tard le repos nécessaire, pourquoi a-t-on peur de dire ce qu'on a à dire ou de mettre en place les solutions par ailleurs connues pour régler les difficultés responsables du stress que l'on vit? Voilà qui pourrait nous mener à des changements essentiels à une saine gestion du stress, à une saine gestion de son stress.

L'optimisation du stress dans sa vie implique des changements d'habitudes et d'attitudes, processus qui suppose un apprentissage et donc du temps. Si on peut mettre peu de temps à comprendre ce qu'il est utile de faire, le changement, lui, ne s'installe pas automatiquement. Ainsi, ce n'est pas parce qu'on apprend que le repos est nécessaire pour récupérer de la fatigue qu'on accepte du jour au lendemain d'appliquer cette solution si on a toujours cru qu'on n'avait droit au repos qu'au moment où on avait terminé tout ce qu'on considère comme des obligations.

Dans ces conditions, beaucoup de gens ne peuvent accepter de se reposer sans se sentir coupables, sentiment qui garde la tension élevée. Il leur faudra du temps pour intégrer une autre attitude comme, par exemple,  celle qui veut que lorsqu'on a beaucoup à faire, il vaille mieux se reposer; ainsi, on pourra accomplir beaucoup plus, avec plus d'énergie et de motivation.

Du simple et bref au... long et complexe!

Apprivoiser son stress propose d'une part des outils simples et rapidement applicables et, d'autre part, des textes plus longs ainsi que des outils dont l'utilisation nécessite de l'introspection et donc du temps. À chacun de choisir selon ses dispositions. De nouveaux textes et outils apparaîtront régulièrement.

Une partie importante de ce site est consacrée au stress au travail. C'est la souffrance des gens que je vois à mon bureau qui m'amène à diffuser des idées et des pratiques en prévention. Beaucoup de mes clients en psychothérapie souffrent en effet de ce qu'ils vivent au travail. Plusieurs sont en «burnout», un état d'épuisement physique et psychologique marqué de dépression auquel mène un état de stress élevé maintenu longtemps. Ils ne sont pas seuls à vivre un stress excessif au travail  puisque l'absentéisme lié à cet état dépasse actuellement celui causé par toute autre maladie. J'accorde donc une place particulière à cette problématique. Vous trouverez des outils spécifiques au stress au travail ainsi que les articles que j'ai écrits depuis une dizaine d'années dans le magazine Travail et santé, spécialisé en Santé-sécurité-au-travail.

Puissiez-vous trouver ici des éléments qui vous aideront à vivre votre vie avec énergie et satisfaction.